Dessins et photo-graphies

Étude pour un frontispice

Il Volterrano
XVIIe siècle

Giovani Cinelli (1625-1706) est également écrivain et érudit. Il modernise l’ouvrage de Francesco Bocci en y ajoutant une foule de renseignements sur les nouveaux bâtiments et les collections privées. La ville est un trésor artistique à ciel ouvert grâce à la famille Médicis qui finance et protège les artistes depuis le XVe siècle.

Il Volterrano illustre ces beautés artistiques par une femme recevant un lys, emblème de Florence. Un angelot nous invite à admirer le Dôme construit par Brunelleschi et le campanile érigé par Giotto. À ses pieds, une figure masculine alimente le fleuve Arno.

Florentin et réputé pour ses talents, Il Volterrano dessine des traits animés de tensions internes. Par ce dessin il illustre le style artistique de Florence en 1677.

Si de nos jours, l’œuvre ressemble plus à un inventaire qu’à un guide de voyage, n’oublions pas que la visite se fait à pied et sans carte. Le livre se doit d’être descriptif. Il se veut une promenade dans « la belle ville de Florence ».

N° d’inventaire W 4037

Détail :

La feuille est divisée en trois parties. Elle est pliée en deux et frottée à la sanguine sur le verso pour permettre à l’artiste de réaliser une contre épreuve.

Étude pour le frontispice «  Le Bellezze della citta di Firenze »
Étude pour un frontispice

Giovani Cinelli (1625-1706) est également écrivain et érudit. Il modernise l’ouvrage de Francesco Bocci en y ajoutant une foule de renseignements sur les nouveaux bâtiments et les collections privées. La ville est un trésor artistique à ciel ouvert grâce à la famille Médicis qui finance et protège les artistes depuis le XVe siècle.

Il Volterrano illustre ces beautés artistiques par une femme recevant un lys, emblème de Florence. Un angelot nous invite à admirer le Dôme construit par Brunelleschi et le campanile érigé par Giotto. À ses pieds, une figure masculine alimente le fleuve Arno.

Florentin et réputé pour ses talents, Il Volterrano dessine des traits animés de tensions internes. Par ce dessin il illustre le style artistique de Florence en 1677.

Si de nos jours, l’œuvre ressemble plus à un inventaire qu’à un guide de voyage, n’oublions pas que la visite se fait à pied et sans carte. Le livre se doit d’être descriptif. Il se veut une promenade dans « la belle ville de Florence ».

N° d’inventaire W 4037

Détail :

La feuille est divisée en trois parties. Elle est pliée en deux et frottée à la sanguine sur le verso pour permettre à l’artiste de réaliser une contre épreuve.

Fermer
Les autres Oeuvres de la Collection

Dessins et photo-graphies

Afficher toutes les œuvres

Accès aux collections