• Jours d'ouverture :
    Lundi : 14h - 18h.
    Du mercredi au dimanche : 10h - 18h.
    Place de la République 59000 Lille
  • Tél : 33 (0)3 20 06 78 00

Tyrol du Sud, près de Brüneck, vers 1480-1490

ENVOYER CET ARTICLE :




Pin et tilleul polychromé, glacis à l’huile, dorure originale
313 x 245 x 61 cm
Eglise Sankt Georgen an der Ahr, d’après les graffiti inscrits au revers par les fidèles.
Acquis en 1885
Inv. A. 343

Le Retable de saint Georges est un exemple exceptionnel au sein des collections publiques françaises des grandes compositions sculptées de l’art gothique tardif germanique. D’après les graffitis inscrits au revers par les fidèles, nous savons qu’il fut installé un temps dans une église du Tyrol du sud. Dans la caisse centrale, saint Georges, chevalier légendaire du IVe siècle, terrasse un dragon pour libérer la princesse de Trébizonde. Elle est agenouillée à l’arrière plan tandis que ses parents, accoudés au balcon de leur château, assistent à la scène. Ces figures et celles des compartiments latéraux de la caisse, saint André et un saint en costume civil non identifié, sortent de l’atelier du peintre Simon Mareigl von Taisten. Le Christ de Douleur et les deux Apôtres de la prédelle (partie inférieure du retable) sont attribués aux ateliers de Brixen. Les drapés se brisent suivant des plis assez vifs, caractéristiques des canons de la sculpture germanique de l’époque. De part et d’autre, les panneaux de saint Henri et sainte Cunégonde sont peints sur la face et le revers : ils formaient les volets d’un retable plus tardif. Malgré les remaniements du XVIe siècle dont résulte cet assemblage, la cohérence formelle du retable et la qualité d’exécution sont remarquables.

© Palais des Beaux-Arts de Lille. Photo : Hugo Maertens