Peintures XVIe - XXIe siècles

Une Fête au Colisée

François Louis Joseph Watteau
Vers 1789

Tel un évènement mondain qui serait aujourd’hui relayé dans les magazines, cette fête met en scène le tout-Lille à la fin de l’Ancien Régime. On y voit les uns et les autres en train de bavarder, de manger, de boire ou de jouer aux cartes. Le peintre n’oublie personne, ni les enfants ni même les chiens de compagnie !

Tout ce petit monde évolue dans un décor aujourd’hui disparu. Le Colisée était une sorte de guinguette, réservée à la haute société. Salles de bals, pavillons et des tentes aménagés, pelouses garnies de fontaines et de bosquets fleuris… Son succès fut immense, mais de courte durée. Inauguré en 1787, il sera détruit en 1792 pour renforcer à cet endroit les lignes de défense de la ville, alors menacée par l’armée autrichienne.

Témoignage historique des divertissements de la bonne société de l’époque, cette toile est aussi une incroyable galerie de figures de modes.

Ce tableau est signé François Louis Joseph Watteau. Eh oui, c’est bien un « Watteau », mais pas celui qu’on croit ! L’auteur est le neveu du célèbre Antoine Watteau, originaire de Valenciennes et exposé au musée du Louvre. Son père est Louis-Joseph Watteau, également peintre. Tous deux sont appelés « les Watteau de Lille ».

N° d’inventaire P 352

Détail 1

La femme au centre et le petit garçon habillé en matelot, qui se tient devant elle, sont repris de gravures de modes qu’a réalisé l’artiste quelques années plus tôt et qui furent publiées dans la Gallerie des modes et costumes français.

Détail 2

Plusieurs hommes et femmes arborent la cocarde tricolore, laissant penser que la date de réalisation de l’œuvre est sans doute très proche de l’année 1789 et de la Révolution française.

Une fête au Colisée
Une Fête au Colisée

Tel un évènement mondain qui serait aujourd’hui relayé dans les magazines, cette fête met en scène le tout-Lille à la fin de l’Ancien Régime. On y voit les uns et les autres en train de bavarder, de manger, de boire ou de jouer aux cartes. Le peintre n’oublie personne, ni les enfants ni même les chiens de compagnie !

Tout ce petit monde évolue dans un décor aujourd’hui disparu. Le Colisée était une sorte de guinguette, réservée à la haute société. Salles de bals, pavillons et des tentes aménagés, pelouses garnies de fontaines et de bosquets fleuris… Son succès fut immense, mais de courte durée. Inauguré en 1787, il sera détruit en 1792 pour renforcer à cet endroit les lignes de défense de la ville, alors menacée par l’armée autrichienne.

Témoignage historique des divertissements de la bonne société de l’époque, cette toile est aussi une incroyable galerie de figures de modes.

Ce tableau est signé François Louis Joseph Watteau. Eh oui, c’est bien un « Watteau », mais pas celui qu’on croit ! L’auteur est le neveu du célèbre Antoine Watteau, originaire de Valenciennes et exposé au musée du Louvre. Son père est Louis-Joseph Watteau, également peintre. Tous deux sont appelés « les Watteau de Lille ».

N° d’inventaire P 352

Détail 1

La femme au centre et le petit garçon habillé en matelot, qui se tient devant elle, sont repris de gravures de modes qu’a réalisé l’artiste quelques années plus tôt et qui furent publiées dans la Gallerie des modes et costumes français.

Détail 2

Plusieurs hommes et femmes arborent la cocarde tricolore, laissant penser que la date de réalisation de l’œuvre est sans doute très proche de l’année 1789 et de la Révolution française.

Fermer
Les autres Oeuvres de la Collection

Peintures XVIe - XXIe siècles

Afficher toutes les œuvres

Accès aux collections