Collections

Le Musée

Histoire du musée

De sa création à aujourd'hui
  • Le conservateur Edouard Reynart fait l’acquisition des Jeunes et des Vieilles de Goya
    1873
    Le conservateur Edouard Reynart fait l’acquisition des Jeunes et des Vieilles de Goya
    1873
    Le conservateur Edouard Reynart fait l’acquisition des Jeunes et des Vieilles de Goya

    Un sacré personnage que ce conservateur-là ! Convaincu qu’il fallait des œuvres remarquables pour faire un grand musée, Edouard Reynart repère en 1873 deux tableaux de Francisco Goya chez un marchand parisien. La ville fait l’acquisition de l’un des deux, Les Jeunes, pour la somme de 7 000 francs. Mais pas question pour lui de renoncer à l’autre tableau ! Aidé par deux de ses amis, il achète Les Vieilles sur ses fonds personnels. Aujourd’hui, ces deux toiles comptent parmi les plus célèbres du musée.

  • Billet de la loterie organisée par la ville pour financer la construction musée
    1882
    Billet de la loterie organisée par la ville pour financer la construction musée
    1882
    Billet de la loterie organisée par la ville pour financer la construction musée
  • 1892
    Inauguration du Palais des Beaux-Arts de Lille
  • Le 6 mars 1892 est inauguré le Palais des Beaux-Arts de Lille
    1892
    Le 6 mars 1892 est inauguré le Palais des Beaux-Arts de Lille
    1892
    Le 6 mars 1892 est inauguré le Palais des Beaux-Arts de Lille

    Qui l’eut cru ? La construction du Palais des Beaux-Arts a été financée par une loterie ! En mettant en vente cinq millions de billets à un franc, la ville pensait pouvoir offrir aux prestigieuses collections l’écrin qu’elles méritaient. Oui mais voilà, l’opération ne rapporta finalement que la moitié du budget escompté. Les ambitions des architectes Bérard et Delmas doivent donc être revues à la baisse. Comme un clin d’œil à cette mésaventure, le bâtiment-lame érigé en 1997 à l’arrière du musée joue avec le reflet du musée comme pour lui rappeler qu’à l’origine, il devait s’étendre sur le double de surface !

  • Le musée est pris dans la tourmente de la grande guerre
    1914
    Le musée est pris dans la tourmente de la grande guerre
    1914
    Le musée est pris dans la tourmente de la grande guerre

    L’armée allemande réquisitionne le musée dès le mois d’octobre 1914. Il reste malgré tout ouvert au public. En dépit des précautions prises par le conservateur de
    l’époque Emile Théodore, qui dormait sur place pour veiller sur les précieuses collections, ce sont plus de soixante-dix obus qui tombent sur le musée et causent de lourds dommages au bâtiment et aux œuvres. Fort heureusement, il était parvenu à mettre une partie des chefs-d’œuvre à l’abri en les faisant évacuer à l’arrière du front, au musée de Valenciennes. Après la guerre, le musée ne rouvre ses portes au public qu’en 1924, au prix d’efforts considérables de la part du conservateur et de son équipe pour effacer les traces de cette période sombre.

  • Emile Théodore et son équipe remettent les salles en état avant la réouverture
    1924
    Emile Théodore et son équipe remettent les salles en état avant la réouverture
    1924
    Emile Théodore et son équipe remettent les salles en état avant la réouverture
  • 1926
    Naissance de la télévision
  • Naissance de l’Atrium
    1932
    Naissance de l’Atrium
    1932
    Naissance de l’Atrium

    En quelques décennies à peine après son ouverture en 1892, le nombre d’œuvres présenté par le musée n’a cessé de croître, grâce à une politique d’acquisition très active. La collection de peintures compte désormais plus de 1300 pièces. Il faut savoir qu’à l’époque, la notion de réserve n’existe pas: tous les tableaux sans exception étaient accrochés, couvrant les murs de haut en bas ! Il est urgent de trouver des solutions d’agrandissement et de créer de nouveaux espaces pour les exposer. La cour intérieure du musée d’une surface de plus de 1000 mètres carrés est donc couverte au terme d’un chantier de trois années, initié en 1932.

  • 1945
    Fin de la Seconde Guerre mondiale
  • Le legs Masson fait entrer l’Impressionnisme au musée
    1949
    Le legs Masson fait entrer l’Impressionnisme au musée
    1949
    Le legs Masson fait entrer l’Impressionnisme au musée

    Si les tableaux de Monet, de Renoir et de Sisley illuminent aujourd’hui la galerie impressionniste, c’est grâce à l’incroyable legs de Maurice Masson, un passionné d’art qui était aussi un ami de Rodin. La belle histoire se poursuit en 1974 avec Denise Masson, fille de ce dernier, qui lègue à son tour au musée un ensemble de pièces remarquables parmi lesquelles un pastel de Renoir, plusieurs toiles de Vuillard, d’autres Sisley, une marine de Boudin et des sculptures de Rodin.

  • 1969
    L’homme marche sur la Lune
  • 1976
    Steve Jobs invente le premier ordinateur personnel
  • 1989
    Chute du mur de Berlin
  • Fermeture du musée pour six ans de rénovation
    1991
    Fermeture du musée pour six ans de rénovation
    1991
    Fermeture du musée pour six ans de rénovation

    Plus qu’une rénovation, c’est une petite révolution qui s’opère entre 1991 et 1997, sous la conduite des architectes parisiens Ibos et Vitart. Le musée passe de 15 000 à 22 000 m2 de surface totale. Les salles voûtées du sous-sol sont aménagées pour accueillir le département Antiquités, Moyen Âge et Renaissance et les seize plans-reliefs, gagnés par Pierre Mauroy au terme d’une bataille acharnée avec le musée des Invalides à Paris, sont logés sous l’atrium. Ces travaux sont aussi le signe fort d’une ouverture du musée sur des activités plus diversifiées et d’une ambition d’envergure. Sont aussi créés : une salle d’exposition temporaire, un auditorium, des ateliers pédagogiques et une bibliothèque.

  • Une bâche en façade annonce la fermeture du musée pour une durée de deux ans
    1992
    Une bâche en façade annonce la fermeture du musée pour une durée de deux ans
    1992
    Une bâche en façade annonce la fermeture du musée pour une durée de deux ans
  • La galerie d'entrée du musée en travaux
    1994
    La galerie d'entrée du musée en travaux
    1994
    La galerie d'entrée du musée en travaux
  • Le 8 juin 1997, le Palais des Beaux-Arts rénové est inauguré par Jacques Chirac
    1997
    Le 8 juin 1997, le Palais des Beaux-Arts rénové est inauguré par Jacques Chirac
    1997
    Le 8 juin 1997, le Palais des Beaux-Arts rénové est inauguré par Jacques Chirac

    Pari réussi pour les architectes Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart. Ils ont: réhabilité le bâtiment original avec des matériaux contemporains (le verre, le métal, le béton), ouvert la façade arrière sur l’extérieur et créé de nouveaux espaces qui permettent aux collections d’être redéployées et donc valorisées. Le rouge franc des salles de peinture, les aplats d’or de l’atrium, les lignes pures et transparentes du bâtiment-lame sont autant de choix signatures qui forgent la nouvelle identité du musée. Transformé, agrandi, embelli, le Palais des Beaux-Arts s’affirme, à l’aube des années 2000 comme un grand musée européen.

  • Installation des lustres de Gaetano Pesce en galerie d'entrée
    1997
    Installation des lustres de Gaetano Pesce en galerie d'entrée
    1997
    Installation des lustres de Gaetano Pesce en galerie d'entrée
  • Les lustres de Gaetano Pesce, artiste et designer italien, ornent le hall d'entrée
    1997
    Les lustres de Gaetano Pesce, artiste et designer italien, ornent le hall d'entrée
    1997
    Les lustres de Gaetano Pesce, artiste et designer italien, ornent le hall d'entrée
  • Création du département des plans-reliefs
    1997
    Création du département des plans-reliefs
    1997
    Création du département des plans-reliefs
  • 2004
    Création du réseau social Facebook
  • L’exposition Rubens accueille 313 424 visiteurs
    2004
    L’exposition Rubens accueille 313 424 visiteurs
    2004
    L’exposition Rubens accueille 313 424 visiteurs

    Cette année-là, Lille est capitale Européenne de la culture. Le Palais des Beaux-Arts décide de frapper fort en organisant une rétrospective consacrée au "Dieu des peintres" : Pierre Paul Rubens. 170 tableaux, esquisses, dessins et tapisseries du maître de la peinture baroque arrivent du monde entier et s’offrent au regard ébloui des lillois et des touristes de passage. Pour répondre à la demande du public qui se presse aux portes du musée, les horaires d’ouverture sont étendus et le musée réalise un record de fréquentation qui reste inégalé à ce jour.

  • 1ère Nuit du modèle vivant, devenu un rendez-vous incontournable du public étudiant
    2009
    1ère Nuit du modèle vivant, devenu un rendez-vous incontournable du public étudiant
    2009
    1ère Nuit du modèle vivant, devenu un rendez-vous incontournable du public étudiant
  • Le musée consacre une rétrospective au peintre Louis-Léopold Boilly
    2011
    Le musée consacre une rétrospective au peintre Louis-Léopold Boilly
    2011
    Le musée consacre une rétrospective au peintre Louis-Léopold Boilly
  • Sesostris III, 1ère grande exposition d'égyptologie
    2014
    Sesostris III, 1ère grande exposition d'égyptologie
    2014
    Sesostris III, 1ère grande exposition d'égyptologie
  • Lancement des travaux de réfection de la toiture
    2015
    Lancement des travaux de réfection de la toiture
    2015
    Lancement des travaux de réfection de la toiture

    La toiture originale de 1892 montrait depuis plusieurs années des signes de faiblesse qui représentaient un véritable danger pour les œuvres, ne serait-ce que par les infiltrations répétées d’eaux pluviales. Malgré des réparations ponctuelles et répétées, l’heure était venue d’envisager sa réfection complète. Un chantier titanesque de deux ans a donc été entrepris courant 2015 pour traiter et rénover les charpentes, la couverture en ardoise, les ouvrages ornementaux, les verrières et l’éclairage extérieur. Conserver et protéger les collections pour les générations futures, ça passe aussi par là !

  • Les Belles du Nord, quatre statues de la fin du Moyen Âge sont exhumées puis restaurées
    2016
    Les Belles du Nord, quatre statues de la fin du Moyen Âge sont exhumées puis restaurées
    2016
    Les Belles du Nord, quatre statues de la fin du Moyen Âge sont exhumées puis restaurées
  • Inauguration du nouvel atrium
    2017
    Inauguration du nouvel atrium
    2017
    Inauguration du nouvel atrium

    En 2017, le Palais des Beaux-Arts entame une transformation de ses espaces et de ses services pour offrir à ses visiteurs plus de confort, de services et d’outils de médiation. L’atrium constitue la première étape de cette campagne. Là, vous pouvez désormais : prendre un café, vous restaurer,  vous reposer dans de confortables salons, consulter librement des revues et des livres d’art, vous connecter en Wifi, choisir parmi une large gamme d’ouvrages et de cadeaux à la boutique, mais aussi créer votre parcours de visite personnalisé sur les tables tactiles, télécharger la nouvelle appli mobile et naviguer dans des chefs-d’œuvre en gigapixels. Soyez les bienvenus !

Faites vos jeux

Lille, 1892. On inaugure en grande pompe un édifice flambant neuf, entièrement dédié aux Beaux-Arts. Un journaliste écrit : « Nulle part en France, même à Paris, statues, bustes ou groupes ne sont aussi grandement logés ni mieux mis en valeur » !  Mais ce beau palais, qui plaît tant aux visiteurs, a bien failli ne jamais voir le jour…

La suite de l'histoire...par ici !

Comme des taupes

Il y a un grand trou dans le Palais des Beaux-Arts de Lille ! L’atrium, la cour intérieure au cœur du musée, est intégralement creusée… Pourquoi un tel chamboulement ?

La suite de l'histoire...par ici !

Hauts en couleur

Vous ne pouvez pas les rater ! Deux grosses bulles de savon multicolores vous accueillent dans le hall du musée. Mais que font ces créations, gigantesques et exubérantes, dans un lieu du XIXe siècle ?

La suite de l'histoire...par ici !

Effet miroir

De l’autre côté du parvis extérieur du musée se dresse un grand bâtiment, dont la façade, lisse comme un miroir, renvoie l'mage de l'édifice de pierre. Que se cache-t-il derrière cet écran mystérieux?

La suite de l'histoire...par ici !